lundi 6 mars 2017

Tout pour être heureux



22 mai Chez mon percepteur. Une dame au regard froid, presque méchant. Elle trouve que je ne gagne pas assez, ou plutôt que je n'ai pas déclaré assez.
– Vous êtes bien habillé. Votre complet est neuf.
– Ce sont des amis qui m'habillent.
– Et pour manger ?
– J'ai l'avantage d'avoir une gastrite. Je suis au régime. Je ne vais jamais au restaurant.


12 juin Je me disais ce matin au lit qu'il m'a manqué une condition essentielle pour me réaliser pleinement : être juif.
J'ai été ainsi fermé à une expérience capitale du malheur.


Je me détache du suicide, parce que j'ai dépassé la quête d'une solution.


30 juillet
Mécontent de soi frisant le délire.


Je ne déteste pas la vie, je ne souhaite pas la mort, je voudrais seulement n'être pas né.
Je préfère la vie et à la mort la non-naissance. La volupté de ne pas naître. Plus je vis, plus je m'adonne à la volupté de ne pas naître. 


Toute passion est un moyen d'autodestruction.
J'ajouterai : le moyen le plus sûr et le plus direct.


20 août Douleurs partout et désespoir constant.
De plus, ai entendu à la radio allemande une émission sur la manière dont les Américains et les Anglais avaient livré à Staline les réfugiés russes, tant civils que militaires. Des scènes dignes de Treblinka et d'Auschwitz. L'émission était faite par un certain Eckstein, Juif allemand naturalisé américain. Et quand on pense que les Anglo-Saxons ont bonne conscience. A entendre des horreurs pareilles perpétrées par ces blondasses qui n'ont que les Evangiles à la bouche, on se dit qu'il est stupide de préférer une nation à une autre, et que le mépris pour l'homme en général est l'unique attitude sensée.


29 août
Etre méconnu, incompris, solitaire, – je ne vois pas ce qu'il faut de plus pour être heureux.


Acrimonie – j'aime ce mot. Il me fait penser à une joie qui a mal tourné

2 novembre – Si j'avais eu un fils, il aurait été assassin.
C'est là chez moi une très vieille conviction, et qui a présidé à plusieurs résolutions importantes que j'ai prises dans ma vie. 


Cioran, Cahiers 1957-1972
(extraits de l'année 1970)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire