jeudi 20 octobre 2016

Le premier homme



ne connaît pas ses classiques

cela fait trois nuits 
ou trois jours
que je ne dors pas
et le blanc de mes yeux
est tout rouge ;
je ris dans le
miroir,
et je n'ai pas cessé
d'écouter le tic-tac 
du réveil
et le gaz
de mon radiateur
diffuse
une odeur lourde,
épaisse et
chaude, parcourue
par le bruit des voitures,
des voitures suspendues
comme des décorations
dans ma tête, mais
j'ai lu
les classiques
et sur mon divan
dort une pute
imbibée de vin
qui pour la première
fois 
a entendu
la 9e de Beethoven
et lasse,
s'est endormie
en écoutant
poliment.

imagine-toi un peu, papa, a-t-elle-dit
avec ton cerveau
tu pourrais être le premier homme
à copuler
sur la lune.

Charles Bukowski, Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines
trad. Thierry Beauchamp, éd. du Rocher 

2 commentaires:

  1. Je me demande ce qui te retient encore de devenir un vrai grand pochtron magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tous cas, j'ai préparé mes valises pour la lune !

      Supprimer