vendredi 21 octobre 2016

Au commencement était le bar

Esther Bubley, Third Avenue


- Je me demande ce qui nous reste...
- De quoi ?
- Comme choix...
- En blonde ou en rousse ?
- Je parlais des Verts...
- Ah... Et alors ? C'est quoi, l'histoire ?
- Figure-toi que, tout bien réfléchi, je m'apprêtais à voter vert aux présidentielles...
- Quelle idée...
- Ben oui, mon vieux, l'environnement quand même...
- C'est sûr...
- Mais maintenant que Cécile Duflot est éliminée...
- Eliminée de quoi ?
- Des primaires, t’as pas suivi ?
- Non, excuse-moi…
- On en reprend une ?
- Du coup, sans la petite Cécile, t'es perdu ?
- Un peu, oui.
- En quoi ça t'empêche de voter pour eux ?
- Ben, Jadot, il m'inspire pas... Et l'autre, Karima machin, je ne la connais pas.
- Mais tu votes pour un programme ou pour un professionnel de la profession qui passe bien à la télé ?
- Ben, les deux... Mais tu ne peux pas comprendre, toi. J'imagine que tu ne voteras pas, encore une fois.
- Tu imagines bien. Pour une fois...
- Et les questions d'environnement, ça te fait doucement rigoler...
- Ecoute, il se trouve que je viens de voir un docu sur les Verts et leur primaire pour 2012.
- Ah bon ?
- Amère victoire, tu devrais aller le voir, ça sort début novembre je crois et c'est très instructif. Et Jadot a l'air d'un type honnête, contrairement à un Hulot, une Duflot ou même cette pauvre marionnette d'Eva Joly.
- Amère victoire, c'est pas le titre d'un film de guerre ?
- Exact. Nicholas Ray.
- Richard Burton !
- Certes, mais Nicholas Ray à la baguette.
- En noir et blanc ?
- Bien sûr !
- Revenons aux Verts : j'avoue que je ne sais plus quoi faire... Je ne me vois pas voter autre chose et j'ai perdu l'envie de voter pour eux.
- Tu devrais être content, ta Cécile, c'est quand même une sacrée fripouille...
- Pour toi, tout le monde est à mettre dans le même sac !
- En tous cas, est une fripouille ce type de personne qui pendant quoi ?, deux ans ?, a été ministre d'un des gouvernements les plus honteux de ces dernières années...
- Honteux ?
- Tiens, on en a encore la preuve avec ce qui se passe en Syrie ou à Mossoul.
- C'est-à-dire ?
- D'un côté, Hollande condamne les bombardements russes, les civils, tout ça... De l'autre, il contribue aux bombardements alliés à Mossoul où bien entendu, aucune frappe ne touche les civils, c'est du bombardement de chez Monsieur Propre ! Faites circuler, y'a rien à voir. Sans parler du traitement de ceux qu'on appelle les migrants qui ne sont autres que les civils que Hollande, et l'opinion publique bien façonnée, souhaitent protéger.
- J'avoue que je n'y comprends pas grand-chose.
- C'est fait pour.
- Parce que toi, tu maîtrises le sujet ?
- Pas du tout. Mais je sais repérer le cynisme et les ordures qui le pratiquent.
- Qui te dit que les infos que tu crois détenir ne sont pas également de la propagande ?
- Ok, on ferme le débat. C'est plus confortable.
- Non, non, dis-moi qui sont ces ordures dont tu parles ?
- Obama, Hollande et cie., qui s'allient à l'Arabie Saoudite contre le monstre russe. Et surtout à Al-Qaïda !
- Qu'est-ce que tu racontes ?
- Ce que ne te racontent pas France inter ou Libé. Et encore moins ton Hollande.
- C'est pas mon Hollande !
- N'as-tu pas voté pour lui ?
- Oui, mais c'était pour contrer Sarkozy.
- On connaît la chanson... Et tu feras la même chose demain.
- OK, OK, continue ton explication.
- Pour diverses raisons, la Russie veut contrôler la région, ne pas laisser s'installer un état islamique à ses portes comme hier avec l'Afghanistan. De plus, sont les enjeux de l'énergie : pétrole mais surtout gaz. De l'autre côté, les Etats-Unis qui sont en perte de vitesse et de puissance depuis, disons, 2001 et les ratages qui ont suivi en Irak, feront tout pour contrer la Russie, quitte à s'allier à Al-Qaïda pourtant inscrite en tête de liste des organisations criminelles qu'ils sont censés combattre.
- Et la France ?
- La France suit comme un aveugle obéissant à un cul-de-jatte. Elle a trop d'intérêts, croit-elle, dans la région. Tiens, sors ton téléphone intelligent. Va sur le site de Ouest-France et lis l'entretien avec Christian Chesnot. Il publie un bouquin qui explique les liens de la France avec ces grandes démocraties que sont l'Arabie Saoudite et le Qatar.
- On en reprend une dernière quand même ? Ça donne soif, ces histoires.
- Hier, j'ai goûté une bière nommée La Folle furieuse, pas mal du tout...
- Ça me dit quelque chose...
- Ça te rappelle ton ex ?
- Attends, je lis.
- Tu vois ? Et Ouest-France n'est pas à proprement parler un journal distillant une propagande gauchiste... On parle de la corruption en Grèce ou en Espagne, mais la France n'est pas en reste dans ce domaine !
- Sous Sarkozy, c’est la lune de miel avec le Qatar. Leur ambassadeur arrose Paris. Subventions, financements, cadeaux personnels. A chaque Noël, il envoie des paquets à une trentaine de personnalités, d’une valeur de 10 000 euros à peu près. Aucun sac de grand luxe n’a été retourné à l’ambassade. Certains élus français se plaignent même lorsque le cadeau n’arrive pas ou les Qataris refusent de payer tel ou tel voyage. Putain ! C'est assez déprimant, ce truc.
- Tu comprendras que cette corruption ne concerne pas que des gens de droite... Résultat, aujourd'hui, on prépare la Troisième Guerre mondiale en s'alliant à des dictatures qui soutiennent le terrorisme que l'on dit combattre, mais sans oublier, quel que soit le bord, de citer Jaurès... C'est ce que j'appelle le cynisme et ce qui fait que les Verts, les socialistes, La Pen ou la droite, je m'en tamponne Marion Cotillard !
- Hein ?!
- Tu te demandais tout à l'heure ce qui nous reste ?
- Oui, et bien ?
- Ne pas soutenir cette bande de collabos... Accepter l'inconfort. Résister.
- Résister
comment ? En buvant des bières chez Ahmid ?
- C'est un début.



4 commentaires:

  1. Jaurès a au moins eu la chance de se faire assassiner avant de devoir se rallier à l'union sacrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etes-vous sûr, cher Luc, que cela aurait été sa position ? Le ralliement de la gauche à l'union sacré ayant, de plus, été décidée après l'assassinat de Jaurès...

      Supprimer
  2. Accordons lui le bénéfice du doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun doute en revanche sur ceux qui le citent à tout bout de chant...

      Supprimer