dimanche 29 mai 2016

Fuck You !


Il fallait que ça vienne
ce matin je suis parti
ces jours d'oubli de silence
de cris mal au ventre
à ramper concilier
un corps impossible
cette gueule toujours
pas un sourire une caresse un joli mot
des années à l'étroit tous les deux
et les plus belles derrière moi
à enterrer le courage jouer à cache-cache
grimaces en coin
désillusions sous le maquillage
étouffées déchaînées à coups d'insomnie
hystérique renoncements compromis 
l'habitude de ce quotidien
dénuement angoisses et dépression
l'automne toute l'année
des baffes oui !
une dernière bouffée d'air
avant la poussière
c'est fait et je m'en étonne 
encore
ne sais où aller mais
jamais ne reviendrai 
c'est fait
délivré
ce matin, je me suis quitté

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire