vendredi 8 juillet 2016

Nostalgie souterraine



14 août. Tout à l'heure, en montant le chemin pour rentrer, j'ai entendu une rengaine espagnole, telle qu'on en entend tous les jours à la radio d'ici, et la nostalgie qui s'en dégageait, ou que j'en extrayais, m'a presque amené au bord des larmes. En Espagne, la nostalgie est chez elle, toute la vie y est souterrainement traversée par un courant de regrets et d'appels déchirants, de lamentations chantantes, de pleurs mélodieux. Il n'y a guère qu'en Hongrie que l'on puisse en Europe rencontrer tant de nostalgie quotidienne. 

Cioran, Cahier de Talamanca

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire