vendredi 2 décembre 2016

Sans commentaire




- Oh, putain !
- Quoi encore ? Un chat s'est cassé la gueule ? Beyoncé a changé de culotte ? T'as reçu un like ?
- Hollande ne se présente pas.
- Il est resté au lit ?
- Au lit ?
- Tu me dis qu'il ne s'est pas présenté. Tu parlais de quoi ? Un dîner où il était attendu ? Une partouze ?…
- …Mais arrête tes conneries ! Il ne se présente pas aux élections.
- Les primaires de la droite ?
- Les présidentielles.
- Ah.
- C'est dingue, non ?
- C'est dingue que ça te surprenne.
- Ben, quand même. C'est le premier président qui ne se représente pas.
- Le contraire aurait été fort de café. T'en reprends une ?
- Sans aucune réserve !
- Comment ?
- J'ai appris cette expression récemment, j'aime bien…
- Sans aucune réserve ? T'aime bien ?…
- Il va se consacrer pleinement à sa fonction.
- Ah, merde !
- Je me demande ce qu'il va faire à l'avenir…
- Tu peux te le demander en me regardant et en oubliant ton écran intelligent ?
- Putain, ça fout un coup, non ?
- Ah bon ?
- Ouais, je sais, c'est pas à toi qu'il faut dire ça.
- Non, vas-y, envoie tes messages, commentaires, likes et dislikes…
- Ça n'arrête pas de vibrer.
- Chez les miltants de Fillon ? Ou ceux de Macron ?
- Non, je parle de mon téléphone, dans ma poche.
- C'est bien, ça occupe, ces conneries. 
- Ce n'est pas des conneries ! C'est l'avenir du pays qui est en jeu.
- C'est pas bientôt fini ?!
- Je trouve ça courageux. 
- C'est pas plutôt de la lâcheté ? Cette crapule a bousillé ce qui restait du tissu social, fait tabasser la jeunesse des mois durant, est allé encore plus loin que ce dont rêvait la droite, fait d'un banquier le ministre de l'Economie, léché les bottes d'Obama et le cul de Merkel, boycotté l'enterrement de Castro mais assisté à celui d'un prince finançant le terrorisme, déroulé le tapis rouge pour l'extrême-droite…, j'en passe et des meilleures…
- Tu te fous de tout !
- Au contraire ! C'est justement pour ça que ces gens-là me donnent la nausée. Sans parler de la personnalisation du politique…
- Tu proposes quoi, alors ?
- Rien. 
- Tu vois ? 
- Je vois quoi ?
- Tu es un nihiliste !
- Je n'ai jamais admiré la mafia. 
- Toi qui adore les films de Scorsese ?
- Je n'adore pas. Ses films les plus réussis – il en a raté quelques uns, et de quelle manière ! –, ses bons films m'intéressent. C'est quand même un peu plus intelligent que du Tarantino, non ?
- Oui, si tu veux… Mais on parlait de Hollande.
- Si tu prononces encore ce nom, je fous le camp et je te laisse avec l'addition !
- OK, OK… On ne peut parler de rien avec toi.
- Ecoute, je n'ai pas la télé pour ne pas avoir le cerveau pollué par ce cirque. Si, à chaque fois qu'on se voit, tu me refais le JT, je vais devenir méchant !
- Une dernière, quand même ?
- Je ne sais pas. T'as quoi, comme autres sujets de conversation ?
- …
- Mais je déconne ! Oui, bien sûr, une dernière ! Ahmed, la même chose !
- J'ai lu un livre le week-end dernier.
- Quoi ?! 
- J'ai lu un livre !
- Un livre ? Entier ? Sans images ?
- Je savais que tu allais te foutre de ma gueule, j'aurais dû me taire.
- Ben non, tu ne m'as pas encore donné le titre.
- Je te le donnerai pas.
- Un indice ? Le prénom de la mère de l'auteur ? Le nombre de pages ?
- Rien. 
- C'est con. Pour une fois que tu lis un livre, tu ne peux même pas t'en vanter ou juste en parler…
- Tu vas exploser…
- Je te promets de ne faire aucun commentaire.
- Je parie que tu en es incapable.
- Pari tenu. 
- On parie quoi ?
- Si je fais un commentaire, je paie les bières.
- Toutes ?
- Toutes.
- OK. Je suis sûr de gagner.
- Tu me demandes pas ce que je veux si je tiens parole ?
- La même chose, non ?
- Non.
- Quoi, alors ?
- Si je ne fais aucun commentaire, tu t'engages à éteindre ton smartphone à chacune de nos prochaines soirées.
- Si tu veux.
- Tape-là ! Alors, ce livre, c'était quoi ?
- Un président ne devrait pas dire ça.
- …
- Alors ?
- No comment.
- Salaud !

3 commentaires: