vendredi 10 août 2018

Comme tout ce qui est important


On m'a coupé en deux
aide-moi à devenir gaucher



Je t'aime, ma petite poêle (un cuisinier à sa fiancée, jardin du luxembourg ; avril 1988 ; le cuisinier avait posé des miettes de pain sur son visage pour se faire raser par les pigeons)



Que les duels étaient beaux. Il me semble que dans les duels chaque duelliste avait un témoin… C'était comme des baptêmes, des baptêmes rouges au lieu de blancs. Si seulement les duels pouvaient être de nouveau à la mode !… Vous m'offensez, monsieur. Je demande réparation. Pistolets. A quatre heures. Ne vous défilez pas. Grossier personnage. Les préparatifs se déroulaient en secret, dans l'ombre, comme tout ce qui est important. L'odeur de la poudre est bien plus raffinée que celle de l'encens. A quatre heures cinq, un homme était grièvement blessé. C'est ce que l'on appelle la ponctualité. Ces gémissements se nomment agonie. Un homme agonise de manière virile… C'est ainsi que j'aimerais agoniser dans tes bras, Ana.


Reviens romantisme, reviens !
J'ai une grande boîte de bonbons pour toi !


Pedro Casariego Córdoba
trad. maison

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Le ravissement est encore plus beau lorsque l'on a entre les mains l'un de ses livres... (en Véo) Bon été, cher Pierre.

      Supprimer